L'ECJS c'est quoi ? à quoi ça sert ?

Publié le par François Arnal

Les élèves de seconde découvrent cette année une nouvelle discipline et s'interrogent sur son utilité, voici quelques précisions :



•    L'intérêt de cette nouvelle discipline au lycée :

-    A la question quelle utilité ? les élèves répondent :

"L'ECJS c'est comme l'EPS, car ces heures servent à défouler intellectuellement pour la première et physiquement pour la seconde".


"Une matière qui sera utile à chacun, quelques soient leurs études ou leur métier. Ils seront capables de réfléchir avant de donner leur opinion de faire des recherches et d'appuyer leurs arguments."

-    A la question de l'apprentissage des connaissances, on peut relever cette réponse d'élève :

"On apprend tout en sortant du système d'enseignement habituel, parfois rébarbatif, on travaille dans une atmosphère moins stressante, les rapports prof-élèves sont détendus et on retient plus facilement ce que chacun apprend en classe".

-    Sur la question de l'intérêt :

"Nous sortons tous à chaque fois du débat avec une réjouissance qui fait comprendre au professeur que la séance fut bien utile."

    La grande différence également avec le cours conventionnel est cette part d'affectivité et d'émotion qui se dégage parfois sur certains sujets. Une élève ayant eu à affronter le deuil de son frère quelques temps auparavant est intervenu dans le débat sur la peine de mort pour évoquer en quelques mots la douleur liée à la perte d'un proche. Son intervention a jeté un trouble dans l'assistance et lui a permis de s'exprimer sur ce sujet douloureux volontairement à un moment choisi par elle même.
    A l'inverse telle autre élève lors d'un débat sur le cannabis a refusé de prendre part au débat sans véritablement donner la raison de son mutisme y compris après la séance. Un problème familial sur ce sujet était certainement à l'origine de ce malaise, je n'ai pu en savoir plus.



•    Quels sont les effets sur la pratique des enseignants ?

    - Le rôle du professeur est différent dans la relation à l'élève, au savoir, à la spécialité enseignée. Les élèves se rendent compte que le professeur n'est pas un médecin, un juriste, un psychologue ou un policier, cependant la recherche en amont permet de s'en sortir ou d'avouer son incompétence. Sur certains sujets, j'ai appris des choses de la part des élèves, des sources que j'ignorais, des réactions d'adolescents que je ne soupçonnais pas.

    - Le professeur est capable d'encadrer les débats par sa capacité à raisonner, à faire rapidement la synthèse d'un dossier documentaire et à avoir en permanence les références au civisme, à l'éthique, à la logique républicaine et démocratique.

"Je trouve cette matière intéressante car il n'y a pas de hiérarchie, le prof et l'élève sont mélangés, c'est bien".

- Le professeur doit apprendre à se taire, à écouter, à observer, à laisser parler les élèves. Il découvre un nouveau lieu d'apprentissage, une nouvelle façon d'évaluer ses élèves non sur des connaissances, mais sur des compétences, un comportement en société.

 

Publié dans ECJS seconde

Commenter cet article