La Camargue Gardoise : Etude de cas

Publié le par François Arnal

Étude de cas La Camargue gardoise :


Des milieux entre nature et société
Géographie Première L/ES/S

Aigues Mortes et  ses salins. (image Google Earth 2007)




Les lagunes et les marais salants derrieère le Grau du roi en direction d'Aigues Mortes.

    Ce secteur géographique est très riche et très complexe, il permet de comprendre les enjeux qui pèsent aujourd'hui sur le littoral et les zones humides en France. C'est une étude de cas  adaptée pour illustrer la thématique des « milieux entre nature et société ».
En effet sont rassemblés en quelques kilomètres des zones aménagées depuis des siècles (salins, chenaux maritimes, vignobles de plaine sableuse), des zones aménagées depuis quelques décennies (marinas, plages, constructions diverses) et des zones protégées (marais, dunes, cordons littoraux).

La Plage de l'Espiguette sur la commune du Grau du Roi. Au loin la grande Motte et le Pic Saint Loup

Les milieux « naturels » ne le sont pas vraiment même si l'on distingue une grande typologie : étangs d'eau douce saumâtre ou salée, roselières, bois et bosquets, dunes à différents stades.

Les milieux anthropisés sont également divers :
- 14 000 ha de milieux saliniers (anciennes lagunes ) aménagées en étangs de faible profondeur, endigués et équipés de station de pompage de l'eau de mer.
- Des milieux agricoles : sur les cordons littoraux : vignes et asperges des sables, cultures maraîchères.sans oublier les taureaux et les chevaux adaptés à ces milieux humides et sauvages de marais et d'étangs.

- Il s'agit donc d'une terre de contraste entre « paysages  naturels » et paysages créés et aménagés par le travail de l'homme . Contrairement à la grande Camargue plus vaste, ce secteur appelé soit Camargue Gardoise soit Petite Camargue ou encore Petite Camargue Gardoise contient en un minimum d'espace une richesse naturelle et humaine et pose bien le problème du développement respectueux de la nature.

Le littoral vers le Grau du roi (image Google Earth 2007)

- La première approche permet de découvrir ce milieu par la photographie et la carte (cf manuel Belin 1° 2003 p206/207 ). Le texte 3 présente les atouts et contraintes (on peut télécharger l'intégralité du rapport sur Internet).

-    La 2° insiste  plus sur les différents acteurs et les enjeux d'aménagement et amène les élèves à réfléchir en tant que citoyen sur les développements futurs du littoral.

Les marais salants vers Aigues Mortes

L'attrait que présentent depuis un siècle les rivages de la mer, succédant à la crainte qu'inspiraient ses dangers, ne fait qu'augmenter. Comme en témoignent les projections de l'INSEE, les études de la DATAR et de l'Institut français de l'environnement, la pression humaine sur le littoral va s'accroitre dans les prochaines décennies. Maitriser cette croissance est une nécessité.

Déjà de nombreuses portions de ce territoire sont protégées :

Natura 2000 : voir la carte :

Le Conservatoire du Littoral : aller sur le site

la marina de Port Camargue vue par Google Earth

Le site de l'Espiguette est particulièrement intéressant pour comprendre le processus d'évolution du trait de côte. La pointe, située à l'ouest engraisse de manière conséquente (plusieurs mètres par an) alors que la partie orientale du site est attaquée par la mer et régresse.  
L'autre enseignement qui peut être tiré de l'observation de ce milieu est la formation des systèmes dunaires. La mer et les tempêtes hivernales jouent un rôle dans cette dynamique en apportant le stock de sédiments nécessaire à la formation des collines de sable temporaires. Les dunes mobiles sont en perpétuelle évolution sous l'influence de vents contraires (le marin et le grec qui viennent du sud, le mistral qui vient du nord). Ces dunes se font et se défont, renforçant ainsi l'impression de désert. Mais sur la Pointe de l'Espiguette, ce sont les dunes blanches qui sont remarquables. Elles peuvent atteindre jusqu'à 12 mètres et constituent un rempart contre la mer. La végétation qui s'installe sur ces dunes va permettre une stabilisation progressive jusqu'au stade de la dune grise, dernière étape de la dynamique dunaire.
Source : http://www.conservatoire-du-littoral.fr

Publié dans Géo Première

Commenter cet article