Les paysages de l'eau : la Chine, Bali, le Maroc

Publié le par François Arnal

Les paysages de l'eau :
 

L'eau a pour conséquence de modifier les paysages. Un paysage transformé par les hommes n'est plus un paysage naturel c'est un paysage "anthropisé".



Les paysages agricoles sont les plus étonnants car leur élaboration est parfois millénaire.

La Vallée du Dadès au Maroc : une oasis le long de l'oued descendant de l'Atlas
 
Que l'eau soit abondante comme dans l'Asie des Moussons ou que l'eau soit rare comme au Maghreb, les systèmes d'irrigation traditionnels sont à l'origine de techniques poussées qui transforment les paysages. Le géographe doit apprendre à lire ces paysages à en comprendre leurs structures.

Bali : rizières Photo G. Barquin 2004

La rizière en est la parfaite illustration. La maitrise de l'eau nécessite des travaux considérables à toutes les échelles.

Bali : rizières Photo G. Barquin 2004

A Bali la forêt dense équatoriale a été défrichée et remplacée par des rizières en terrasses. Les hauteurs des levées de terre dépendent de la hauteur de l'eau nécessaire. La hauteur des murs des terrasses dépend de la pente du versant aménagé. La plante doit être tout au long de sa croissance immergée.

Bali : rizières Photo G. Barquin 2004

Si la pente est forte comme dans les régions de montagnes, le versant est découpé en terrasses suivant les courbes de niveau, si la pente est nulle les levées de terre sont de faible hauteur. Que l'on soit en Chine ou à Bali, c'est le même mode de mise en valeur et presque le même paysage hydraulique. En région de plaine les rizières n'ont pas le même aspect, mais l'homme ou la femme sont toujours présents dans le paysage d'une manière ou d'une autre..

Bali : rizières Photo G. Barquin 2004

Le paysan a constamment les pieds dans l'eau pour labourer ou pour repiquer les jeunes plants de riz élevés dans la pépinière. Ce type de culture intensive permet plusieurs récoltes par an.


Je vous recommande la visite du site de France 5 et du dossier sur la Chine, vous y retrouverez la photo  du manuel page 114 commentée par la photographe Yann Layma.


Au Maroc (vallée du Dadès) : une prise d'eau desservant un champ irrigué dans une oasis

Les multiples formes de l’eau

Les formes de l’eau s’inscrivent dans plusieurs registres. Les naturalistes opposent les eaux courantes aux eaux stagnantes, alors que les hydrogéologues établissent le partage entre les eaux souterraines et superficielles. Sur le mode empirique, il existe une correspondance entre formes naturelles et formes anthropisées. À la nappe correspond la citerne ; au lac, l’étang ou le lac-réservoir, selon l’échelle ; au marais, le polder ; au cours d’eau, le canal ; au confluent et au défluent, les prises et les déversoirs du canal ; à la cascade, la chute d’eau équipée ; la lagune, l’estuaire et le delta enfin, sont des formes naturelles plus ou moins aménagées.
Le paysage dans tous ses états dossier Geoconfluences 2002
Les paysages des eaux douces
(Jacques Béthemont, Anne Honegger-Rivière, Yves-François Le Lay)


La crue de la Loire au barrage de Grangent ouverture des 3 vannes et du déversoir (automne 2003).

Retrouvez tous ces paysages de l'eau commentés dans l'album photo ci contre.

Publié dans géographie seconde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christophe CAVAILLES 12/02/2007 11:52

A titre d'info je viens de mettre en ligne un site consacré à l'histoire militaire de France sur http://www.viatolosa-histoire.com
entrées  par périodes et par batailles ou guerres
 
cordialement,
http://www.christophecavailles.net