Crise et mutations des espaces industriels : les paysages miniers

Publié le par François Arnal

Les crassiers de Michon dans les années 50. Vue prise en direction du sud et du massif du Pilat.


La ville de Saint Etienne dans la Loire a été marquée par l’empreinte de la Révolution industrielle.


Grâce à la présence de houille dans son sous sol, cette ville au coeur du Massif Central a connu une croissance industrielle remarquable au XIX° siècle passant de 3700 habitants au XVI° siècle, à 56 000 habitants en 1850 et 220 000 en 1980.

 La ville depuis le haut des crassiers encore fumants (2008)

Il ne reste plus de charbon exploitable dans le sous sol stéphanois mais le paysage urbain garde la trace de cet héritage.

Le quartier du Clapier et le Puits Couriot (2008)

Les milliers de tonnes extraites de ses puits ont été expédiées dans toute la France par la voie ferrée (la première de France entre St Etienne et Andrézieux) ou la voie d’eau (vallée du Gier et du Rhône).


Les déchets des mines étaient empilés dans des terrils appelés à St Etienne des crassiers.
Encore fumants aujourd’hui de leur combustion interne ils constituent un point d’appel visuel pour le paysage urbain.



Après avoir été de couleur noire ou rouge (schistes houillers, pierres rejetées par les « clapeuses ») les crassiers ont été gagnés par la végétation progressivement. Les bouleaux et les acacias ont été plantés pour tenir ces déblais instables et créer un sol sur cette nature ingrate.


 Le plus haut culmine à 670 m d’altitude, son dépôt et sa construction ont débuté en 1930. Le second crassier plus bas en altitude débute en 1947 et est achevé en 1958 ce qui est très rapide.

Dessin du Musée de la Mine de St Etienne.

Les crassiers sont formés par l’accumulation des « stériles » récupérés après triage et lavage du charbon extrait dans les puits.
Avant le années 30, les déchets stériles étaient utilisés comme remblais pour les routes ou terre pleins industriels constituant de vastes plate formes dans une vallée où les espaces plans industriels manquaient parfois.


La forme en pyramide pointue des crassiers s’explique par la technique de dépôt des déchets. Des bennes mécaniques appelées « skips » conduisaient les déchets vers le sommet le long de rails comme un téléphérique avec une voie montant et l’autre descendante.


Les débris les plus grossiers dévalaient les 90 m de hauteur des crassiers. Les deux crassiers de Michon (nom du quartier) sont emblématiques du paysage stéphanois.

Les crassiers vus depuis Côte Chaude, dans les années 50. photo Musée de la Mine de St Etienne.

On a envisagé à une époque de les démanteler car ils constituaient une image négative pour la ville mais ces représentations se sont modifiées avec le temps et ils font désormais partie du paysage et du patrimoine industriel.
Les crassiers vus depuis Côte Chaude, un quartier ouvrier périphérique (12/2008)

 Ils sont la fierté des « gagas » (nom donné au parlé stéphanois et à ses habitants à l’accent su particulier. Ils témoignent de l’intensité du travail réalisé autour d’un site comme Couriot.

Publié dans Géo Première

Commenter cet article

François le jardinier de Marandon 27/09/2010 19:44



question d'actualité puisque 2010 marque le grand retour des verts de St Etienne en L1 : lire l'article de La Passerelle sur la mine et le passé stéphanois. :
http://lewebpedagogique.com/lapasserelle/2010/08/12/saint-etienne-et-les-verts-toute-une-histoire/



François Arnal 06/10/2009 17:47


Le Gier, rivière descendant du Pilat n'est en effet pas navigable (étiage estival et crues catastrophiques en Automne comme en 11/2008). En revanche un canal reliant Rive de Gier à
Givors (sur le Rhône) a été construit. Il longe l'actuelle autoroute et l'on peut encore voir aujourd'hui les murs de quelques écluses le long de l'autoroute ente Givors et Rive de Gier.
Ce canal a été abandonné très tôt (1874) avec la concurrence du rail qui permettait une liaison continue depuis le bassin houiller occidental. il fut ouvert en 1780 sur la rive gauche du Gier, il
surplombait la rivière à l'abri de ses crues dévastatrices. De nombreuses écluses (28) furent nécessaires (85 m de dénivelé). il est en partie remblayé soit par des parkings (vers Rive de Gier
l'ancienne gare fluviale) soit par le passage de l'autoroute St Etienne Lyon  (A 47). C'était le premier canal de France (par ses volumes transportés) au début du XIX° siècle.
Plus de détails sur l'ouvrage de Philippe Peyre : 100 sites en enjeux : l'héritage industriel de St Etienne et de son territoire. Musée de la Mine de St Etienne 2006.


plampougne 06/10/2009 17:09


La voie d'eau du gier a t-elle été utilisée comme transsport fluvial?
J'en doute.
Il y avait un projet de canal dans la vallée du gier, abandonné à cause du train.


Sandra 02/09/2009 22:49

article pertinent