Blogs : de la diabolisation à la reconnaissance : article complet

Publié le par François Arnal

Christian Bonrepaux m'a aimablement autorisé à publier l'article complet du Monde de l'Education
le voici dans son'intégralité.



Article paru dans Le Monde de l'Education Avril 2006 p 76/77 rubrique Savoirs/pédagogie.


Blogs : de la diabolisation à la reconnaissance

Si Internet est communément bien accepté et utilisé dans  les classes, il n'en est pas de même de l'un de ses usages : les blogs. Les assimilant au monde de l'adolescence et au parler estropié des SMS, les enseignants s'en méfient. Quelques pionniers s'en servent pourtant avec avantage en classe.


Il y a moins d'un an, les blogs (1) menaçaient l'éducation nationale. Certains adolescents assimilaient cet espace faussement privé à la cour de récréation de leur établissement : photographies d'enseignants, propos diffamatoires ou injurieux. L'affaire s'est soldée par quelques renvois définitifs ou temporaires. Aujourd'hui, certains enseignants se saisissent de ce nouvel outil, familier de leurs élèves, à des fins pédagogiques. François Arnal, en géographie, Vincent Favre, en histoire, font partie de ces innovateurs qui ont osé réchauffer la prétendue vipère dans le sein de l'éducation nationale.
Professeur d'histoire-géographie au collège Boris-Vian de Saint-Priest (Rhône), Vincent Fabre mène une étude historique avec ses élèves sur un blog : sa classe de 3e doit retracer le parcours d'un soldat tué pendant la première guerre mondiale (2).
« Avant d'intégrer l'éducation nationale, j'ai travaillé dans une agence de communication. J'y ai été sensibilisé à l?usage de l?ordinateur. Je sais que mes élèves devront utiliser l'informatique dans leurs parcours professionnels. Je me suis demandé quelle était la meilleure manière de les y préparer. Le passage par le blog paraissait particulièrement pertinent, puisqu'ils en connaissent tous l'existence à travers les sites pour adolescents. »

François Arnal enseigne lui aussi l'histoire-géographie, mais au lycée François-Mauriac- Forez d'Andrézieux-Bouthéon (Loire).
« Parmi mes 35 élèves de 2de, 30 ont un ordinateur à la maison, dont une dizaine ont créé leur blog. J'ai voulu tisser un lien entre le monde des blogs adultes et celui des blogs adolescents, dont les élèves eux-mêmes reconnaissent volontiers la pauvreté. »





 François Arnal a créé trois blogs. Sur le premier, personnel, il parle de sa passion pour les jardins. Le deuxième est réservé aux élèves. Le troisième, directement relié à son cours, traite aussi bien de vie scolaire que d'urbanisme ou d'histoire de l'art (3) :
« Ce blog fait office de bureau virtuel. Il s'agit d'un outil de travail et de connaissance. A côté de thèmes et de liens divers en relation avec l'actualité, j'insère des documents, des photographies qui ne sont pas dans les manuels, pour que mes secondes puissent aller plus loin que le cours. J'en ai la maîtrise éditoriale, mais ils peuvent faire part de leurs observations, poser des questions, attirer mon attention sur un document qu'ils ont repéré et dont ils pensent qu'il serait opportun de le mettre en ligne. Je souhaite que les élèves s'approprient les photographies, qu'ils en sélectionnent certaines sur lesquelles ils produisent un discours. »





Les deux professeurs insistent sur l'importance du rapport à l'écriture : pas question d'accepter les raccourcis des SMS ou des blogs adolescents.

"Je leur explique, précise Vincent Fabre, que le blog ado et son langage sont une extension d'un groupe assimilable, par exemple, à la cour de récréation. J'insiste beaucoup sur le fait que ce moyen d'expression n'est pas réservé aux conversations entre pairs. Dans le cadre scolaire, il convient de s'en servir avec un langage correct. Ils l'acceptent d'autant mieux qu'ils ont conscience que leur travail a une portée différente que s'il était effectué dans un cahier. Ici, il y a publication. Ils sont ravis de sortir du cadre de l'établissement scolaire. C'est une source de motivation supplémentaire".




François Arnal a établi un dispositif légèrement différent : sur le blog du professeur, les élèves doivent formuler leurs observations dans un français correct. Sur celui qui leur est réservé, ils peuvent s'exprimer dans leur langage.
« On ne peut pas les encourager à écrire un commentaire et les reprendre systématiquement quand ils commettent une faute. Sinon, ils se bloquent. »

Ainsi peut-on lire sur le blog élèves, sous le titre Ze bilan de l'andouille et de la caille, l'amusante relation d'une expédition culturelle à Lyon. Mais même le blog élèves est l'objet d'applications pédagogiques.
« Je leur fais comprendre la différence entre les réflexions adressées aux copains, où ils ont le droit d'utiliser leurs propres moyens d'expression, et la note qui développe des commentaires sur une peinture, un fait d'urbanisme. Celle-là doit être rédigée convenablement. »
Et le système fonctionne : sur le blog élèves voisinent de douces fantaisies adolescentes et des textes à valeur culturelle certaine, les deux pouvant être rédigés par les mêmes personnes. Le blog facilite le rapport à l'écrit. Il développe également le travail en équipe.



L'ancêtre du blog : déjà Freinet...

Après avoir, l'année dernière, utilisé le blog comme moyen pour les élèves de stocker les informations qu'ils avaient dénichées sur le Net, Vincent Fabre s'en sert cette année pour la gestion d'un projet hors temps scolaire.
« J'ai pris le temps de leur expliquer le fonctionnement et de fixer l'organisation de la classe en sept groupes de travail de quatre élèves chacun. Ils travaillent ensuite à la maison. Bien sûr, ils peuvent toujours venir me demander des explications en fin de cours. Les sept séquences de travail se succèdent dans le temps : le travail des uns bénéficie directement à ceux qui viennent après. »
Vincent Fabre a créé un second blog relié au premier. L'objectif en est ambitieux : les élèves doivent y préciser la méthodologie grâce à laquelle ils ont réalisé leur travail, les documents qu'ils ont utilisés, les raisons pour lesquelles ils les ont choisis.

Ainsi se dessine peu à peu, et par apports successifs, l'histoire tragique du soldat Pierre Cussin Masset, grand blond aux yeux verts de 22 ans, 2e classe dans le 11e bataillon de chasseurs alpins. L'enseignant note ses observations et critiques sur le blog, guide les élèves dans leurs recherches, mentionne les sources utiles (sur le Net ou dans la ville) à la bonne conduite de leurs recherches.

 François Arnal est également convaincu de l'importance des blogs pour le développement du travail collectif :
« Au moment où les travaux personnels encadrés (TPE) se sont faits massacrer par leur suppression en terminale, ils offrent une possibilité très intéressante de travail en équipe. Avec mes 2des, je traite la question de dynamique urbaine comme un journal. La technique est nouvelle, mais je n'invente rien. Les Freinet dans les années 1950 faisaient la même chose avec leur journal. Simplement, sur le Net, la diffusion est beaucoup plus importante. Ce qui est intéressant, c'est que nous sommes dans l'an I des blogs. Les pistes pédagogiques restent à explorer. Dans deux ans, on rigolera peut-être de nos usages actuels. »




La pratique des deux enseignants suscite la curiosité de leurs collègues.
« Dans mon collège, je suis le seul à me servir de blogs, constate Vincent Fabre. Au début, en salle des professeurs, cela a beaucoup surpris : on me suspectait d'introduire le loup dans la bergerie. Mais certains collègues m'ont vite demandé de les former à s'en servir. Je leur ai fait des démonstrations. »

François Arnal n'a pas eu de réactions de la part de ses collègues,
« mais je suis dans un établissement dynamique où il y a des professeurs qui se livrent à d'autres innovations avec le Net. Les technologies passent. Il en existera toujours de nouvelles. Le vrai débat se situe entre l'immobilisme et l'évolution. Il faut arrêter de tenir ce discours réactionnaire sur les travaux collectifs, de dire que c'est du temps perdu, que les élèves ne font plus rien, qu'ils s'amusent. »

Quand les nouvelles technologies réactivent les vieilles polémiques.

Christian Bonrepaux Avril 2006

(1) Contraction de web (la Toile) et log, au départ journal de bord dans la marine et l'aviation américaines : le blog est un carnet de bord en ligne constitué de textes, liens et images, sur lequel chacun peut laisser ses commentaires.
(2) http://carnetdeguerre1418.blogspot.com
(3) http://hgeofm.over-blog.com : on trouvera sur celui-ci les liens avec les deux autres blogs.





Blog et citoyenneté
Les blogs fournissent une excellente occasion d'éducation à la citoyenneté. A travers la médiatisation de quelques excès : publication de photographies sans autorisation, propos diffamatoires, les jeunes ont vite compris que le blog n'était pas un espace privé mais public. Reste à en définir les contours et à apprendre à l'adolescent qu'il est directeur éditorial de son blog, et qu'à ce titre, il assume la responsabilité de tout ce qui y figure. Le professeur d'éducation civique, juridique et sociale (ECJS) est idéalement placé pour susciter le débat et informer ses élèves, ce que ne manquent pas de faire les enseignants avertis à l'usage pédagogique de cet outil (lire article ci-contre). Pour ce faire, ils peuvent s'appuyer sur un document, clair et synthétique, Le Blog-notes (1), élaboré par le Centre de liaison de l'enseignement et des moyens d'information (Clemi) et l'académie de Versailles. On visitera aussi avec intérêt le site du forum des droits sur l'Internet, où l'on trouvera un document exhaustif, remis périodiquement à jour : Je blogue tranquille (2).                                    C. B.

(1) http://www.clemi.org/medias_scolaires/blogs/blog-notes4c.pdf
(2) http://www.droitdunet.fr/actualites


Retrouvez chaque mois le Monde de l'Education.

Publié dans hgeofm

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

françois Arnal 21/08/2006 09:48

Pour le blog "Carnet de Guerre", je constate également sa disparition de la toile. je n'ai pas l'explication.C'est un des inconvénients des blogs, leur pérennité... Il suffit de ne plus payer son abonnement, de changer d'adresse ou de passer à autre chose.

Thierry Baruch 22/07/2006 00:54

Bonjour,Je suis également enseignant et utilisateur de blog avec des élèves mais en école primaire. J'ai découvert votre blog en cherchant un renseignement sur la gare de Perrache... comme quoi le monde est vraiment petit.Actuellement, je suis en train d'écrire un livre sur le blog comme outil pour l'échange et la communication. Je me permettrais de vous citer ainsi que votre collègue. Une petite question, dans l'article du Monde, votre collègue se nomme Favre et Fabre. Quel est l'orthographe correcte ?Sinon, je n'arrive pas à accèder à son blog : http://carnetdeguerre1418.blogspot.comJ'obtiens une erreur 404, est-ce normal ?au plaisir de vous lire.

françois Arnal 21/07/2006 17:08

Depuis la parution de cet article un 4° blog s'est ouvert : geofachttp://geofac.over-blog.comIl est destiné aux étudiants de l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne dans la Loire. Sur ce blog figureront des outils de travail, des documents, des extraits de cours en ligne.

françois 18/04/2006 18:10

on peut compléter cette approche sur ce blog :http://veillepedagogique.blog.lemonde.fr/veillepedagogique/2006/04/les_blogs_peu_r.html